Août 1944

Les KOUBEENS au Débarquement de Provence

   
 

 


Le Groupe de Commando d'Afrique

Le 1er Groupe de Commandos d'Afrique a été constitué le 26 juillet 1943 à partir d'un noyau du Corps Franc d'Afrique. C'est la Commandant BOUVET qui en fut le chef. Le recrutement se fit parmi les volontaires de tous âges et origines nationales ou confessionnelles. Parmi eux des jeunes koubéens d'une vingtaine d'années : Georges BONNET, Jean CREUSAT, Henri FABRE, Roger FONT, Georges GENER, Georges HILAIRE, Paul MARION,,Raphael MUNOZ, Vincent PASTOR, Jean RIBERT, Roger SALORD, René SASTRE et Pierre VELSCH
En 1995, René SASTRE à bien voulu retracer en quelques mots le parcours de ces jeunes Koubéens
J'ai passé mon adolescence à Kouba où mon père était chef de musique à la Philarmonique. J'y avais des copains avec lesquels nous formions un petit groupe partageant les mêmes goûts pour le sport et la musique; ce qui nous amena à créer un orchestre composé de Paul MARION (piano-accodéon) - Vincent PASTOR ( trompette) - Georges HILAIRE ( batterie) et moi-même ( saxophone-clarinette). D'autres copains, non musiciens faisaient partie de notre équipe : Georges GENER - Raphael MUNOZ - Henri FABRE - Pierre VELSCH - Jean CREUZAT et surtout Jacques RIBERT (1) qui joua un rôle déisif dans notre destin. Celui-ci nous apprit que son père qui était capitaine, formait avec le commandant BOUVET un groupe de commandos. Nous nous sommes alors concertés et avons décidé de partir à l'aventure. Elle débuta en juillet 1943 quand un camion est venu nous chercher place de l'Olivier pour nous conduire à Dupleix où nous signâmes notre engagement. Quelques jours après Georges BONNET - Roger FONT et Roger SALORD vinrent se joindre à nous, un seul désir nous animait : délivrer la France du joug allemend ! Dès notre arrivée à Dupleix, vu notre jeune âge ( 17 à 20 ans) les anciens baptisèrent notre groupe : "les enfants de troupe". En août 1943, nous étions 3000 volontaires pour les commandos, ce nombre fut réduit à 800 après les épreuves de sélection. Choisissez entre les généraux GIRAUD et de GAULLE nous demanda le commandant BOUVET au rapport : aucun d'entre nous n'ayant d'opinion politique, nous choisimes le général GIRAUD que nous savions appuyé par les américains. En septembre 1943, départ pour Petit Port puis Sidi-Bel-Abbès afin de percevoir armement et matériel américain; de là nous fûmes dirigés vers Staouéli et Zéralda où un entrainement des plus intensifs nous attendait. Nous n'étions pas peu fiers d'être considérés comme des troupes d'élite, gens d'exception. Certains disaient "têtes brûlées"... Venant d'origines diverses, ce groupe de commandos était composé de 80% de pieds noirs. Nous participâmes aux combats : en Corse, au coup de main sur l'ile de Pianosa, à la prise de l'ile d'Elbe, à la campagne d'Italie. Nous fûmes ramenés en Corse et placés dans un camp sévèrement gardés par des soldats en arme. Tout contact avec les civils nous était interdit. Nous nous doutions qu'un grand coup se préparait. C'est là que le Lieutenant-colonel BOUVET nous annonça que nous allions être largués les premiers sur les côte de Provence. Imaginez notre joie. Fouler enfin le sol de France!. Opération pleine de risques. Le commandement prévoyait 90% de pertes. Le grand saut eut lieu dans la nuit du 14 au 15 août 1944 à 0h35. Puis ce fut la prise de Mauvanne où notre camarade Jacky BOISDRON, natif d'Hussein-Dey trouva la mort. Il fut le plus jeune médaillé militaire de France. Ensemble le fort du Coudon et Toulon tombèrent, une patrouille entière fut fusillée par les SS. Notre but était atteint. La France était libérée, nous pouvions regagner notre pays. Depuis lors, 5 de nos camarades nous ont quitté (Georges GENER - Georges HILAIRE - Roger SALORD - Jean CREUZAT - Jacques RIBERT ) Je dédie ce récit à leur mémoire.
René SASTRE
(1) Jacques RIBERT était le fils du député d'Alger et le petit-fils de M.MATTEI, propriétaire de l'immeuble où se trouvait la pharmacie NARBONNE
Nota : René SASTRE à été porté disparu lors de la bataille du 2 janvier 1945 où il fut blessé. Titulaire de la Croix de Guerre avec citation.

Hommage à tous, ils sont l'exemple à suivre pour les générations à venir !

Nous honorons la mémoire de ceux qui sont disparus et disons notre reconnaissance à ceux encore parmi nous :

Georges BONNET - Vincent PASTOR - Henri FABRE- René SASTRE- Pierre WELSCH- Pierre MARION

 

 
 

En 1994 au Lavandou

René SASTRE - Pierre WELSCH - Vincent PASTOR - Paul MARION

 

Pierre WELSCH - Vincent PASTOR- Paul MARION